Category: Marketing digital

10 modèles de titres sexy qui fonctionnent

   |   By  |  0 Comments

article 10 titres

Vous cherchez à ajouter de nouveaux modèles dans votre arsenal de titres qui fonctionnent ?

Allons au-delà de ceux que vous voyez souvent, comme « Comment faire … », ou “10 modèles de…” 

Qui fonctionnent très bien, mais apportons un peu de sang neuf à vos accroches avec ces 10 titres que vous pouvez facilement transposer à votre entreprise.

1. Qui d’autre veut […] ?

Commencer un titre avec « Qui d’autre veut […] ? » est une stratégie classique de preuve sociale qui sous-entend un désir collectif déjà existant.

  • Qui d’autre veut que plus de gens lisent ses articles ?
  • Qui d’autre veut un boulot mieux rémunéré ?
  • Qui d’autre veut plus de plaisir et moins de stress pendant les vacances ?

2. Le secret de […]

Celui-ci est assez utilisé, mais c’est parce qu’il fonctionne.

Partagez les connaissances de spécialistes et traduisez-les en un bénéfice pour le lecteur.

  • Le secret des podcasts qui fonctionnent
  • Le secret de la protection de vos biens en cas de litige
  • Le secret pour faire approuver votre prêt immobilier

3. Voici une méthode qui aide […] à […]

Identifiez simplement votre audience et le bénéfice que vous pouvez lui apporter, et remplissez les blancs.

  • Voici une méthode qui aide les propriétaires à économiser des centaines d’euros sur les assurances
  • Voici une méthode qui aide les enfants à apprendre à lire plus tôt
  • Voici une méthode qui aide les spécialistes du marketing de contenu à rédiger de meilleurs titres

4. Des moyens peu connus pour […]

Une façon plus subtile, intrigante et moins courante, d’accomplir la même chose que le titre « Le secret de … ».

  • Des moyens peu connus pour économiser sur votre facture de chauffage
  • Des moyens peu connus pour optimiser Gmail
  • Des moyens peu connus pour perdre du poids rapidement et en toute sécurité

5. Se débarrasser de [problème] une bonne fois pour toutes

Un classique sur cette liste de titres qui fonctionnent. Il identifie soit un problème douloureux, soit un désir insatisfait auquel le lecteur veut remédier.

  • Débarrassez-vous une bonne fois pour toutes de vos habitudes de travail non productives
  • Débarrassez-vous une bonne fois pour toutes de cette tâche sur le tapis
  • Débarrassez-vous une bonne fois pour toutes de cette misérable coiffure mulet

6. Voici un moyen rapide de [résoudre un problème]

Les gens aiment la rapidité et la facilité lorsqu’il s’agit de résoudre un problème tenace.

  • Voici un moyen rapide de se remettre d’un rhume
  • Voici un moyen rapide de former votre bambin au pot
  • Voici un moyen rapide de sauvegarder votre disque dur

7. Vous pouvez désormais avoir [quelque chose de désirable] et/en [un bénéfice]

Le titre classique est « Vous pouvez désormais avoir le beurre et l’argent du beurre », qui n’aime pas ça ?

  • Vous pouvez désormais quitter votre emploi et gagner encore plus d’argent
  • Vous pouvez désormais rencontrer des célibataires intelligents en ligne sans dépenser un centime
  • Vous pouvez maintenant posséder un Mac de hipster et continuer à faire tourner Windows

8. [Faire quelque chose] comme [exemple de classe mondiale]

Un excellent exemple (qui date) est la campagne  de publicité “Be Like Mike” de Gatorade qui mettait en scène Michael Jordan. Avec la popularité du basket aux US à cette époque (et de MJ, alias The Goat), ça a poussé plein de jeunes à boire ce truc. 

  • Parlez espagnol comme Manu Chao
  • Dansez comme Michael Jackson
  • Écrivez comme Stephen King

9. Avoir un(e) / Bâtir un(e) […] dont vous pourrez être fier

Vous pouvez faire appel à la fierté, à l’insatisfaction ou à la honte. Le principe est le même.

  • Avoir une nutrition saine dont vous pourrez en être fier
  • Avoir un sourire dont vous pourrez être fier
  • Bâtir un réseau professionnel dont vous pourrez être fier

10. Ce que tout le monde devrait savoir à propos de […]

Ce genre de titre suscite une grande curiosité et incite le lecteur à aller voir s’il ne passe pas à côté de quelque chose.

  • Ce que tout le monde devrait savoir sur le référencement
  • Ce que tout le monde devrait savoir sur les prêts hypothécaires à taux variable
  • Ce que tout le monde devrait savoir sur la rédaction titres sexy

Vous cherchez d’autres titres qui fonctionnent ?

couverture ebook

Téléchargez le e-book

L’économie comportementale au service de votre marketing

   |   By  |  0 Comments

miniature article economie comportementale

Il pleut et vous prenez la voiture en direction de chez vous après le travail. Les routes sont encombrées et humides, et vous n’avez qu’une idée en tête : prendre une douche et vous vautrer dans le canapé pour parcourir vos fils d’actualité en éventrant un paquet de chips.

Mais sur la route, quelqu’un vous grille une priorité et un autre vous klaxonne parce que vous roulez seulement à la limite autorisée, il vous montre même qu’il à un doigt plus long que les autres.

Pour couronner le tout, vous arrivez chez vous et vous voyez que quelqu’un s’est mal garé à côté de l’endroit où vous mettez habituellement votre voiture, vous obligeant à vous garer plus haut dans la rue. 

Vous vous dites : “Les c****** ont pris le contrôle des routes !” 

Vous savez au fond de vous que vous êtes certainement un meilleur conducteur que ces imbéciles. Et si vous demandez à d’autres personnes, elles penseront aussi qu’elles sont meilleures.

Mais devinez quoi ? Statistiquement parlant, tout le monde ne peut pas être un conducteur supérieur à la moyenne.

Alors, qu’est-ce qui se passe ? 

Vous êtes face à une illusion que votre esprit vous joue et qui s’appelle un « biais cognitif ». 

En termes simples, il s’agit d’un excès de confiance. La plupart des gens ont un préjugé et se classent « au-dessus » de la moyenne pour la plupart des choses. 

Et la route, ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

L’esprit, bien que fascinant et puissant, peut aussi être étroit et fragile. Il est plein de faiblesses, d’erreurs et d’angles morts qui faussent notre prise de décision. 

Pour améliorer l’impact de votre marketing, il est essentiel de savoir identifier ces préjugés, afin de pouvoir donner la marche à suivre à votre audience cible de manière efficace. 

QU’EST-CE QUE L’ÉCONOMIE COMPORTEMENTALE ? 

Vous avez peut-être entendu parler de l’expression « économie comportementale » lors de séminaires marketing ou dans un TED Talks. Mais qu’est-ce que ça signifie réellement ? 

L’économie comportementale consiste à étudier les humeurs, les préjugés et les illusions mentales qui influencent notre prise de décision. 

Traditionnellement, les économistes pensaient que les gens étaient des décideurs rationnels qui visaient toujours à maximiser leurs gains personnels et à minimiser leurs pertes dans chacune de leurs décisions. 

Si vous preniez une tasse de café avec les théoriciens économiques classiques, ils vous diraient que si les gens cessent d’utiliser la salle de sport, ils vont annuler leur abonnement. 

En outre, qu’ils ne dépensent jamais plus que ce qu’ils peuvent se permettre et choisissent le régime de retraite le plus élevé qui soit. 

Qui fait ça ? Pas vous je suppose. Moi non plus.

En comprenant pourquoi les gens prennent les décisions qu’ils prennent, vous serez en mesure de les guider doucement vers la bonne décision (du moins, celle que vous voulez qu’ils prennent).

Examinons l’éventail des biais cognitifs humains dont toute entreprise devrait connaître. 

L’ANCRAGE

Reprenons un exemple sur la route, ça vous va ? 

Vous conduisez sur une voie rapide. La radio est allumée et vous écoutez avec plaisir ce que France Inter pense de la chasse au renard pendant que vous roulez à 110 km/h. 

Vous prenez ensuite une petite route de campagne et réduisez votre vitesse à 70 km/h. Tout d’un coup, ça donne l’impression de ramper, n’est-ce pas ? 

Maintenant, imaginez le contraire. 

Vous traversez une zone scolaire à l’heure de la sortie des classes et votre vitesse est limitée à 30 km/h. Vous tournez ensuite sur la même route de campagne à 70 km/h. Votre vitesse ne semble plus aussi lente. 

Bien sûr, vous roulez à la même vitesse sur la route de campagne dans les deux cas, mais votre expérience de ces vitesses est complètement différente. 

Et c’est dû à un biais cognitif appelé « l’ancrage ». Dans votre marketing, il est crucial de savoir ce que c’est et comment l’utiliser.

Prenons maintenant un autre exemple : une entreprise de soupe, qui a mis ses produits en vente sur son site Web de cette façon : ils ont dit aux clients qu’il y avait un maximum de 12 boîtes par client. 

En fixant un montant d’achat maximum (élevé), les clients étaient plus enclins à acheter davantage. L’entreprise est ainsi passé d’une moyenne de 3,5 boîtes par client à 7. 

L’astuce ? Ils ont ancré un nombre élevé dans la tête des clients, ce qui a ensuite influencé leur décision d’achat finale. 

Lorsqu’on leur demande pourquoi ils en ont acheté autant, les clients répondent : « Nous avons besoin de faire des provisions », mais la vraie raison réside dans l’utilisation de l’ancrage avec ce nombre 12. 

Vous trouvez ça bête ?

Faisons un petit jeu : Si je vous demande si une baleine bleue fait plus ou moins de 116 mètres de long, que répondez-vous ?

Plus ? Moins ?

Jouez le jeu et n’allez pas chercher la réponse sur Google, je vous donne sa taille juste après, c’est simplement pour que vous puissiez mesurer l’influence des chiffres.

Maintenant je vais vous demander d’estimer combien mesure une baleine en donnant un chiffre.

C’est bon ?

En moyenne, les baleines bleues font plus ou moins vingt-cinq mètres de long.

À combien de mètres avez-vous estimé la baleine ? 

Maintenant, vous avez encore des doutes sur la puissance de l’ancrage ?

LE CADRE / CONTEXTE

Supposons que votre médecin généraliste vous convoque par téléphone après un récent contrôle médical. Vous entrez dans le bureau et le médecin vous annonce que vous devez vous faire opérer. 

Si le médecin vous dit : « Sur 100 personnes qui se font opérer, 10 en meurent en moyenne ». Ça n’a pas l’air si génial, n’est-ce pas ? 

Mais si le médecin vous dit : « Sur 100 personnes qui se font opérer, 90 survivent en moyenne ». Tout d’un coup, vous vous sentez un peu plus confiant. 

Bien sûr, ces deux déclarations indiquent le même fait, mais elles sont formulées différemment.

Vous pouvez également utiliser cette technique dans votre marketing. Lorsque vous proposez un choix à quelqu’un, assurez-vous que la déclaration est formulée de manière à attirer son attention sur les bénéfices que vous vendez. 

Supposons que vous vous promenez dans l’allée d’une épicerie. Vous voyez deux pots de beurre à tartiner l’un à côté de l’autre. Le premier dit : « Contient 10% de matières grasses ». Le second dit : « Composé à 90% sans matières grasses ». 

Des études montrent que vous êtes tout à fait susceptible de choisir le second, même si les deux affirmations sont identiques. 

Un cadrage positif consiste à mettre l’accent sur les avantages du produit de vos services. Des mots comme « économiser », « améliorer » et « bénéficier » peuvent cadrer votre proposition de manière positive et vous aider à commercialiser les bénéfices de votre produit de manière stratégique.

Un encadrement négatif peut également être utile pour votre marketing. Vous découvrirez pourquoi d’ici une petite seconde.

L’AVERSION À LA PERTE

La théorie économique classique suppose que les gens évaluent les pertes et les gains exactement de la même manière. 

Or, des études récentes montrent que perdre une chose a deux fois plus d’impact sur les gens que de gagner une chose. 

Jetons un coup d’œil à « l’Expérience de la tasse ». Un groupe de 40 étudiants a reçu une tasse ou une grande tablette de chocolat, chacune ayant une valeur similaire. 

Avant le test, les étudiants étaient tout aussi susceptibles de choisir l’un ou l’autre. Mais lorsqu’on a demandé aux élèves s’ils souhaitaient échanger leur objet, seul un sur dix a échangé son objet. 

Qu’est-ce que cela nous apprend ? Les gens détestent perdre des objets. 

Lorsqu’il s’agit de marketing, et surtout d’encadrement, il faut être conscient de l’aversion pour la perte. 

Les exemples les plus évidents de l’aversion à la perte utilisés dans le marketing sont les nombreux emails affirmant « Stock très limité », « Dernière chance de s’inscrire » et « La vente se termine dans 24 heures ». 

Car ça combine l’aversion à la perte et le « principe de rareté ». Du fait que nous considérons qu’un objet a plus ou moins de valeur selon la quantité disponible. 

Cette forme de marketing peut être efficace pour la vente forcée. Mais si elle est trop importante, ce type de marketing peut nuire à votre marque. Il vous fera apparaître comme une marque discount. Aïe ! 

Si vous envoyez chaque semaine un email prétendant que c’est votre dernière chance d’obtenir des jeans à prix réduit, l’utilisateur cessera de croire qu’il a quelque chose à perdre. 

L’aversion à la perte ne fonctionne que si les gens croient réellement qu’il a quelque chose à perdre. 

Une façon plus subtile d’utiliser l’aversion à la perte dans votre marketing est de la combiner avec vos nouvelles connaissances en matière de cadrage. Considérez ces deux propositions. 

« Changer de compagnie d’énergie pourrait vous faire économiser 360 € par an. »

« Si vous ne changez pas de compagnie d’énergie aujourd’hui, vous pourriez perdre jusqu’à 360 € par an. » 

Bien sûr, la déclaration factuelle est la même, mais les gens ont une réaction émotionnelle plus forte lorsque la déclaration est formulée en termes de pertes. 

LE PARTI PRIS DU STATU QUO ET L’EFFET DE PANURGE

Les humains sont des créatures sociales, et nous nous soucions beaucoup de ce que font les autres. Un économiste classique ne serait pas d’accord, car pour eux, les gens ne prennent des décisions qu’en fonction des gains et des pertes. 

Mais les vrais humains ne se comportent pas comme ça. Nous nous soucions beaucoup de ce que font les autres, et cela influence énormément nos décisions. 

Le don d’organes en est un bon exemple. Une étude publiée en 2003 a montré que le taux de don d’organes en Autriche était proche de 100 %, mais qu’il était de 12 % en Allemagne. La différence est simple, l’opt-in contre l’opt-out. 

Petite parenthèse pour expliquer ces deux termes :

  • Opt-in : Si l’utilisateur n’a pas dit oui, c’est non.
  • Opt-out : Si l’utilisateur n’a pas dit non, c’est oui.

En Autriche, vous devez refuser activement le don d’organes, alors qu’en Allemagne, vous devez l’accepter. L’opt-out donnait l’impression que c’était ce que tout le monde faisait. 

Pour appliquer ce principe dans votre marketing, il faut réfléchir à la façon dont les gens sont persuadés par les décisions des autres.

Jetons un oeil à ces deux boutons d’appel à l’action. 

« Soyez l’un des premiers à participer à notre webinaire gratuit sur le marketing ! » 

« Rejoignez des milliers d’autres spécialistes du marketing dans notre webinaire gratuit ». 

Nous, les créatures sociales, nous nous réjouissons des troupeaux. En appliquant ce principe, vous vous assurez que le troupeau vient à votre rencontre. 

L’ART ET LA SCIENCE : LES CLÉS DE L’ACTION

Avant que vous ne commenciez à utiliser les techniques ci-dessus dans votre marketing, récapitulons ce que nous avons appris jusqu’à présent.

L’ART

Un bon marketing ne consiste pas seulement à avoir un don pour la manipulation. Il s’agit surtout de s’adapter à la façon dont votre audience pense et se comporte. 

Pour être efficace, vous devez être attentif aux mots qui feront que votre audience achètera davantage :

Lorsque vous offrez un choix à quelqu’un, utilisez des mots qui mettent en évidence les avantages qu’il tirera du produit ou du service, de manière à le pousser à acheter.

Des déclarations comme « achetez maintenant », « stocks limités » et « dernière chance d’acheter » créent un sentiment d’urgence, mais n’en faites pas trop si vous voulez rester crédible.

Rédigez vos appels à l’action de manière à encourager votre audience à prendre le train en marche. Comme les gens sont des créatures sociales qui suivent le mouvement, ils se convertiront très probablement.

LA SCIENCE

La cohérence et la précision sont des éléments clés en marketing si vous voulez persuader les gens d’acheter votre produit ou service. 

N’oubliez pas :

Faites preuve de précision sur les chiffres que vous donnez, lorsque vous proposez un produit. Si vous dites que vos clients vont économiser « jusqu’à 25 % », assurez-vous que ça soit le cas.

Sachez comment et quand utiliser la psychologie inversée lorsque vous ajoutez des statistiques pour votre marketing. 

Nous n’avons fait qu’effleurer la surface et la partie émergée de l’iceberg de l’économie comportementale. 

En comprenant pourquoi les gens font vraiment ce qu’ils font, vous pouvez améliorer votre marketing et faire décoller vos résultats.

Utilisez ces conseils et continuez, encore et toujours, en dirigeant votre audience dans votre direction.

Je vous fais des bisous.

Les 5 raisons pour lesquelles le contenu de votre site web pue (et comment y remédier)

   |   By  |  0 Comments

couvertures 5 raisons

Les textes de votre site dégagent la même odeur qu’un poisson mort depuis deux semaines.

Les émanations sont tellement fortes que la plupart de vos visiteurs quittent la page directement après avoir inhalé la première effluve.

Mais ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas les seuls ! 

Des millions d’entreprises dans le monde font les mêmes erreurs et perdent des clients quand il s’agit de rédiger un texte de vente et de transmettre leur message.

Il est donc temps d’y réfléchir. Et de ravaler votre fierté.

La rédaction (plus communément appelée “Copywriting”) de votre site web est-elle aussi précise et convaincante qu’elle pourrait, ou devrait l’être ?

Les mots qui figurent sur votre site transforment-ils la plupart de vos visiteurs en clients, ou est-ce qu’ils les ennuient à mourir ?

Combien de personnes fuient votre site dans les 10 premières secondes, sans creuser davantage ? (Consultez vos statistiques sur Google Analytics pour le savoir !)

Si vous pensez que le contenu de votre site web n’est pas assez percutant, c’est que vous commettez sûrement l’un de ces 5 crimes (les plus courants) dans votre rédaction.

Alors, pendant que vous savourez ce texte épicé (jusqu’à la fin, qui sera délicieusement pimentée), réfléchissez honnêtement à ce que vous faites de mal et à la manière dont vous pouvez le changer.

1. NOUS, NOUS, NOUS (PAS VOUS, VOUS, VOUS)

Si je gagnais un centime pour chaque site qui fait cette erreur d’autoflagellation, je serais milliardaire…

Se focaliser sur ce que vous faites en tant qu’entreprise, sur vos objectifs, sur votre ancienneté ou sur les raisons pour lesquelles vous êtes si extraordinaire, ne va pas retenir l’attention de vos lecteurs. Cela ne les persuadera pas non plus de sortir leur carte bancaire avec enthousiasme.

Parce que vos visiteurs sont égoïstes.

Ils veulent uniquement entendre parler d’eux-même : 

– Qu’allez-vous faire pour eux ? 

– Comment votre produit ou service va-t-il rendre leur vie extraordinaire ? 

– Lequel de leurs problèmes (ou douleurs) allez-vous résoudre ?

Peignez le tableau. Mettez le décor en scène. Amenez-les à visualiser une nouvelle vie qui sera merveilleuse grâce à votre produit ou votre service.

Le mot « vous » est le mot le plus puissant en rédaction. Alors utilisez-le (massivement).

Qu’on soit bien clair, la description des caractéristiques de votre produit ou service a évidemment sa place…

…mais expliquez toujours comment chaque caractéristique offrira un bénéfice à votre client. 

Ne vous contentez pas d’énoncer seulement la caractéristique.

Même votre page « à propos de nous » doit être axée principalement sur les bénéfices qu’ils peuvent en tirer.

Alors… Comment pouvez-vous faire en sorte que votre discours soit davantage focalisé sur vos clients ?

2. DE GROS PARAGRAPHES JOUFFLUS (TROP MASSIFS POUR ÊTRE DIGESTES)

Quand les gens font des recherches sur Internet, ils veulent des réponses rapides

Ils veulent parcourir votre site plus vite que Sonic parcourt le monde (il a bercé mon enfance, ne jugez pas), jusqu’à ce qu’ils obtiennent les réponses qu’ils cherchent.

giphy

Alors découpez vos paragraphes en morceaux digestes et comestibles. Et facilitez la lecture en utilisant des sous-titres, des listes à puces et des phrases clés en gras.

Mais méfiez-vous : dans vos descriptions, les listes à puces doivent contenir des bénéfices en face de chacune des caractéristiques, sinon elles n’auront rien de sexy.

En revanche, des paragraphes aérés seront toujours appétissants.

Vous voyez le truc ?

3. DES TITRES QUI FONT BÂILLER

Votre titre doit vous servir d’accroche. 

C’est cet élément décisif qui persuade un visiteur de rester dans les parages ou lui fait perdre son attention et va l’ennuyer.

Il faut donc que vous le mettiez en valeur. 

Pour les articles de blog : Utilisez des formules de titres qui ont déjà fait leurs preuves (ne réinventez pas la roue). Les titres comme « Comment… » et « X raisons pour lesquelles… » sont deux des nombreuses formules qui attirent les lecteurs et qui ont prouvé leur efficacité à maintes reprises.

Où trouver ces formules gagnantes ?

C’est pas compliqué. Il suffit de chercher sur Google « titres accrocheurs » ou « titres racoleurs » et vous en trouverez des tonnes. Ensuite, copiez-les et adaptez-les.

Pour votre page d’accueil : Utilisez un titre clair et précis. Quelque chose qui indique exactement à votre visiteur comment vous allez lui être utile en quelques secondes. (Parce que votre visiteur est un humain, il est égoïste et impatient, ça vous revient ?)

Voici un exemple brillant tiré du site d’Apple lorsqu’ils ont sorti le premier iPod (oui je sais, ça date)

1000 Songs in Your Pocket

C’est simple, clair, centré sur le bénéfice utilisateur et c’est ultra puissant.

4. PARLER À VOS LECTEURS (AU LIEU DE PARLER DE VOTRE LECTEUR)

La rédaction d’un bon texte est toujours personnelle.

Non seulement vous voulez que votre texte ait l’air d’avoir été écrit par une personne réelle, mais il doit aussi donner l’impression d’avoir été écrit pour une personne en particulier.

Considérez votre public comme un client unique. 

Écrivez le contenu de votre site web comme si vous étiez assis devant cette personne, en train de bavarder.

Parfois, vous devrez être plus sérieux, parfois moins, en fonction de l’identité de la personne et de la philosophie de votre marque. Mais parlez toujours de manière personnelle.

Et n’écrivez jamais sur votre entreprise à la troisième personne ! C’est tout simplement un comportement horrible, qui va engendrer une punition sévère.

5. JARGON SPÉCIFIQUE À L’INDUSTRIE (INCOMPRÉHENSIBLE AU COMMUN DES MORTELS ET DONT IL SE FICHE ROYALEMENT)

“Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de six ans, c’est que vous ne le comprenez pas complètement.” – Albert Einstein

Certains d’entre vous travaillent peut-être dans des domaines assez techniques. Comme le digital, le droit, la finance, etc.

Quoi qu’il en soit, si votre site web est destiné à être lu par un citoyen moyen ou par ceux qui ne connaissent pas votre secteur d’activité, laissez ces mots techniques pour le manuel d’instructions !

Il n’y a rien de pire que de remplir votre site web avec du jargon spécifique à votre secteur d’activité. Ou n’importe quel jargon d’ailleurs.

Même les professionnels de votre secteur sont probablement malades à l’idée de le lire.

Donc…

Commencez-vous à imaginer comment vous pouvez rendre la rédaction de votre site beaucoup plus juteuse, sexy et efficace ?

Si vous commettez l’un de ces cinq crimes, alors faites quelque chose !

Maintenant !

Comment espionner vos concurrents sur facebook ads ?

   |   By  |  0 Comments

espionner vos concurrents

Aujourd’hui, je voulais vous partager une technique vraiment efficace pour espionner les publicités de vos concurrents sur Facebook d’une façon totalement gratuite.

Cet outil, c’est la Bibliothèque Publicitaire de Facebook et je vais vous montrer deux exemples qui vont vous permettre de faire de la veille sur les annonces publicitaires diffusées sur une page Facebook :

La méthode #1 (moins fiable)

bibliotheque publicitaire facebook
La Bibliothèque Publicitaire de Facebook

Une fois sur cette page, vous allez pouvoir taper le nom de la page que vous souhaitez « espionner ».

Pour l’exemple, nous allons taper « Nike » pour afficher les publicités actuellement diffusées par la page Facebook de la marque.

nike bibliotheque

Ici nous pouvons voir que nous avons seulement « 25 résultats » en laissant le filtrage « Tous ». C’est-à-dire que d’après la bibliothèque publicitaire de Facebook, Nike n’aurait que 25 publicités à travers le monde… Étrange non ?

Surtout que dans cet exemple, nous pouvons voir que quasiment l’ensemble des publicités serait inactives.

Nous avons remarqué que cette technique n’était pas 100% fiable dans le sens ou la Bibliothèque Publicitaire n’affiche pas l’ensemble des publicités d’une même page.

La méthode #2 (plus fiable)

Dans cette deuxième méthode, on va se rendre directement sur la page Facebook de l’entreprise ou de la marque que l’on souhaite « espionner ».

Pour rester sur le même exemple, nous allons nous rendre sur la page de Nike :

page just do it

En bas à droite de la page, vous verrez un encart portant le titre : Transparence de la Page. Je vous invite à cliquer sur « Voir plus ».

transparence page

Une fenêtre modale va s’ouvrir et vous afficher des informations sur la page, comme par exemple :

  • L’historique de la Page (année de création, si la page a changée de nom, si elle a été fusionnée avec une autre page…).
  • Les personnes qui gèrent cette Page (le nombre de personne gérant la page en fonction de leur pays de résidence).
  • Si la Page diffuse actuellement des publicités ou non.
modale facebook

Pour voir les publicités actuellement diffusées par la Page, il va falloir cliquer sur le lien en bas à droite de la fenêtre modale : « Accéder à la bibliothèque publicitaire ».

En cliquant sur ce lien, vous allez vous retrouver sur la bibliothèque publicitaire de Facebook comme dans la méthode #1, sauf que là vous serez directement sur la Page que vous cherchez à « espionner ».

Vous pourrez alors voir l’ensemble des publicités actives & inactives actuellement diffusées par la marque.

nike methode 2

En cliquant sur par exemple l’un de ces publicités, sur « Voir les détails de la publicité », vous aurez accès aux différentes versions & messages de cette même publicité.

Voilà ! J’espère que cet outil vous sera utile, faites en bon usage pour vous démarquer de la concurrence et non pour la copier vulgairement.

À très vite !

Quel contenu vidéo pour augmenter les ventes de vos clients ?

   |   By  |  0 Comments

quel contenu video pour augmenter vos ventes funnel marketing 2048x1152 1

Dans cet article, nous allons voir ensemble comment réaliser un entonnoir de conversion en utilisant la vidéo comme unique média pour booster vos ventes.

Pour vous faire un petit rappel :

Un entonnoir de conversion (en anglais : funnel marketing), c’est le parcours entrepris par un prospect sur vos réseaux digitaux, l’emmenant à un objectif précis et défini par vos soins.

Les objectifs peuvent être :

  • Achat d’un produit sur votre site web
  • Téléchargement de votre application
  • Prise de contact via un formulaire
  • Abonnement à votre newsletter

Voici ci-dessous un schéma récapitulatif de cette méthode.

full funnel marketing video
Le Funnel Marketing (entonnoir de conversion)

Je ne sais si vous vous en souvenez, mais nous l’avions déjà abordé dans un précédent article avec Bruno Guyot qui nous expliquait la notion de tunnel de conversion et de marketing « multi-touche ».

Aujourd’hui on constate qu’il faut en moyenne 6 à 8 “touches”, c’est-à-dire 6 à 8 visites ou points de contact pour qu’une personne devienne cliente ou prospect.

Une méthode « éprouvée »

Lorsque le consommateur est ciblé par vos publicités, il doit impérativement recevoir le bon message.

Le succès d’une campagne de publicité réussie réside dans le fait de s’adresser à son audience de la bonne manière, au bon moment.

Si on part du principe que l’on réalise une campagne de publicité 100% vidéo, il va donc falloir écrire des scénarios qui respectent la stratégie de l’entonnoir de conversion.

funnel video marketing
Notre formule « magique »

Voici la stratégie vidéo marketing que nous vendons le plus à nos clients.

Une suite de 4 vidéos pensées et optimisées pour répondre au mieux à l’objectif de conversion.

On commence par attirer l’attention de notre cible avec une vidéo décalée ou l’objectif est d’éveiller la curiosité. Votre prospect ne connaît pas encore votre entreprise et dans un monde de « sursollicitation », il va falloir être original pour vous démarquer de la concurrence et capter son attention rapidement.

Une fois que celui-ci aura été capté par votre première vidéo, il va falloir faire en sorte qu’il s’apparente à votre marque ou entreprise, à travers une vidéo qui suscite son intérêt. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est très important d’avoir bien défini au préalable vos personas.

La troisième vidéo va venir ensuite rassurer votre audience. Il peut s’agir d’un témoignage client, de l’interview d’un influenceur (comme vous le verrez plus bas) ou encore d’un avis d’expert.

Maintenant que votre « prospect est chaud », il va falloir l’inciter à effectuer une action. C’est là qu’intervient la quatrième vidéo. Un format court, percutant, allant à l’essentiel et proposant un call-to-action sur la dernière séquence.

En appliquant cette logique, dans le bon ordre, vous maximiser les chances de transformer votre prospect en client et par conséquent, vous augmentez vos ventes.

Un exemple vaut mieux qu’un long discours

Je vous propose de vous montrer un petit exemple d’une campagne vidéo qui a cartonnée et qui dans l’ensemble reste très simple en terme de conception.

Pour la petite histoire : le 03 juin 2018, nous avons organisé un festival sur le thème du drone et des nouvelles technologies. Il fallait absolument communiquer de manière originale et percutante pour attirer un maximum de personnes à l’événement.

Vidéo #1 : Attirer l’attention

Pour cette première vidéo qui intégrera votre campagne de publicité, le principal but est d’attirer l’attention de votre audience. Il faut réussir à surprendre le consommateur tout en essayant de le tenir en haleine.

Dans l’exemple ci-dessus, nous avons utilisé le format « fake prank » filmé de façon amateur pour attirer l’attention de notre cible.

Tous les codes pour réaliser ce type de vidéo étaient réunis. Une couverture alléchante, un titre accrocheur (« ON À VOLÉ BOULANGER »), la participation d’un policier complice, etc…

La vidéo a tellement cartonnée dans la communauté du drone que nous avons été contraint de la supprimer. En effet, certaines personnes (notamment quelques hauts placés) ont criés au scandale et ont fait pression sur l’événement…

Concernant les statistiques de cette vidéo, rien que sur le post « organique » nous avons eu plus de 30K vues, 442 partages et 259 likes en seulement 24H. Nous n’en attendions pas tant.

boulanger buzz stats
30K vues, 442 partages et 259 likes générés en 24H.

Vous l’avez compris, le but est d’attirer l’attention de votre cible pour qu’elle s’intéresse à votre marque.

Même si cette vidéo a bien fonctionné, nous vous recommandons de respecter les caractéristiques suivantes pour votre vidéo #1 :

Conseils pour la vidéo #1 (Attirer l’attention)

  • Durée : entre 30s et 1min
  • Logo de votre marque : placé uniquement à la fin
  • Objectif : capter l’audience dans les 5 premières secondes
  • Conseil : utilisez l’humour pour marquer les esprits

Vidéo #2 : Susciter l’intérêt

Pour la deuxième vidéo de votre campagne, il va falloir susciter l’intérêt de votre audience.

Il faut que vos consommateurs se retrouvent dans cette vidéo et s’imprègnent de votre marque.

Dans cet exemple, nous avons essayé de mélanger sourires, partage et bonne humeur autour de l’activité principale de notre festival : une course de drone.

À cette étape du tunnel de conversion, votre audience est déjà mature car elle a déjà entendu parlé de votre marque avec la première vidéo.

Il va falloir la séduire assez rapidement afin qu’elle s’approprie ce que vous lui montrez.

Conseils pour la vidéo #2 (Susciter l’intérêt)

  • Durée : entre 15s et 30s
  • Logo de votre marque : placé pendant la vidéo + à la fin
  • Objectif : l’audience doit se retrouver dans votre vidéo
  • Conseil : utilisez les émotions pour toucher votre audience

Vidéo #3 : Rassurer

À ce stade de votre entonnoir, vous avez récolté des contacts qualifiés. Votre audience est intéressée mais certains prospects ne sont pas aussi matures que d’autres.

Il va falloir réussir à les rassurer pour pouvoir les accompagner progressivement vers la fin de votre entonnoir de conversion, c’est-à-dire l’acte d’achat.

Pour cela, rien de mieux que de faire appel à un expert pour témoigner de qualité de votre marque, de vos produits ou services, etc…

Le format interview fonctionne très bien et permettra d’une façon très efficace de rassurer votre audience.

Pour l’occasion, nous avions fait appel à un influenceur / Youtubeur nommé « Drone My Life » ayant plus de 30 000 abonnés. L’idée était simple, présenter notre festival auprès de sa communauté constituée essentiellement de dronistes.

Conseils pour la vidéo #3 (Rassurer)

  • Durée : entre 1min30 et 5min
  • Logo de votre marque : placé tout le long de la vidéo
  • Objectif : l’audience doit se sentir rassurée tout au long de la vidéo
  • Conseil : utilisez un expert pour témoigner de la qualité de votre marque, de vos produits ou services.

Vidéo #4 : Vendre

Nous arrivons sur la 4ème vidéo. Le consommateur dispose d’informations précises sur votre marque et il va falloir lui faire une offre.

L’idée ici est d’aller à l’essentiel en proposant à votre audience de réaliser une action dès la fin de votre vidéo. C’est ce qu’on appel le « Call-to-Action » ou CTA.

Le « Call-to-Action » est souvent représenté comme un bouton qui incite l’utilisateur à effectuer une action précise : inscription, contact, réservation, achat…

Conseils pour la vidéo #4 (Vendre)

  • Durée : entre 5s et 30s
  • Logo de votre marque : placé tout le long de la vidéo
  • Objectif : l’audience doit réaliser l’action proposée par le « Call-to-Action »
  • Conseil : réalisez un format très dynamique

Conclusion

« 73% des internautes sont plus susceptibles d’acheter un produit ou un service après avoir visionné une vidéo sur le sujet » (Source : DemandGen).

Ce qui est sûr, c’est que d’utiliser la vidéo dans vos campagnes de publicité vous permettra de générer beaucoup plus de ventes.

Nous sommes conscients que faire réaliser plusieurs vidéos d’une qualité professionnelle coûte un certain prix. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons mis en place des solutions de paiement mensualisées parfaitement adaptées à ces stratégies de vidéo marketing.

Les exemples ci-dessus ont été réalisés il y a plus d’un an et nos stratégies évoluent de jour en jour. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez des conseils sur vos futures stratégies de vidéo marketing.

Au plaisir d’échanger avec vous !

10 types de contenu vidéo pour votre stratégie vidéo marketing

   |   By  |  0 Comments

10 types de videos pour vos strategie video marketing 2048x1152 1

Vous souhaitez lancer une campagne de vidéo marketing pour votre entreprise mais vous n’avez pas forcément d’idées ?

Dans cet article, je vous donne des idées de contenu vidéo efficace qui plairont à votre audience.

Voici différents types de contenu vidéo pour votre stratégie vidéo marketing :

1. Les vidéos : Avis de produit

1

Similaire aux témoignages de clients, une critique de produit est une critique dans laquelle un client commente l’un de vos produits ou services. 

Aidez votre audience à prendre des décisions grâce à ce type de vidéo.

2. Les vidéos : En coulisse

2

Les vidéos « En coulisse » sont des vidéos assez naturelles qui vous permettent de vous rapprocher davantage de vos clients ou prospects.

L’idée est de dévoiler votre entreprise en leur permettant de vraiment comprendre qui vous êtes.

Il ne faut pas hésiter à filmer ça d’une manière assez simple. Un smartphone fera largement l’affaire ! Utilisez également le live pour « prouver » que tout ce que votre audience voit existe vraiment.

3. Les vidéos : Comment c’est fabriqué ?

3

Vous pouvez créer des vidéos qui montrent comment vous fabriquez un produit que vous vendez. Bien entendu, ce type de vidéo reste limité à des entreprises qui fabriquent des produits.

Cependant, si vous faites de la prestation de service, rien ne vous empêche de réaliser une vidéo sur « Comment vous procédez pour réaliser ce service »

4. Les vidéos : Diaporama photo

4

Si les produits ou services de votre entreprise peuvent être représentés par des images, créez un montage dans PowerPoint et transformez-le en diaporama vidéo.

Le fait que cela soit animé augmentera largement l’attention de votre audience.

5. Les vidéos : Présentation du personnel

5 1

Aidez les consommateurs à entrer en contact avec votre personnel avant même de venir visiter votre établissement.

Vous pouvez interviewer différents membres de votre équipe pour qu’ils parlent de leurs fonctions au sein de votre société.

6. Les vidéos : Interviews d’experts

6 1

Offrez de la valeur à vos clients et prospects en interrogeant divers experts de votre entreprise ou de votre secteur d’activité.

Celles-ci sont idéales pour discuter de sujets importants et rassurer votre audience.

7. Les vidéos : Conseils utiles

7

Les vidéos de conseils sont très utiles pour montrer votre expertise. Elles permettent de renforcer votre crédibilité ainsi que votre statut au sein du secteur d’activité dans lequel vous exercez.

Créez des vidéos pour répondre aux questions courantes de vos clients.

8. Les vidéos : Articles

8

Vous avez beaucoup d’articles de blog ? Ramenez-les à la vie en les convertissant en vidéos et en les partageant sur les réseaux sociaux.

9. Les vidéos : Vlog

9 1

Un « vlog » est l’abréviation de « blog vidéo ». En bref, au lieu de publier des articles écrits sur votre blog, vous pouvez créer une bibliothèque de messages vidéo sur des sujets similaires.

Inspirez-vous des « vlog » existants sur Google.

10. Les vidéos : Tutoriel

10 1

Offrez à votre public une formation spécifique et riche en valeurs liée à votre activité.

S’il existe un produit ou un service qui peut être mieux expliqué avec un tutoriel, créez une vidéo étape par étape pour les aider à comprendre le fonctionnement.

10 conseils d’experts pour créer des vidéos performantes sur facebook

   |   By  |  0 Comments

10 conseils experts video marketing performante facebook 2048x1152 1

Si aujourd’hui vous demandez à des spécialistes du marketing quel type de contenu convertit le mieux sur des réseaux sociaux comme Facebook, ils vous répondront que c’est la vidéo sans aucun doute.

Selon une étude menée par BuzzSumo sur plus de 777 millions de publications Facebook, les messages vidéo génèrent une moyenne de plus de 59% d’engagement de plus que les autres types de messages.

Dans cet article, je vais vous donner quelques-uns des meilleurs conseils en terme de marketing vidéo sur le réseau social Facebook.

1. Limitez la durée de vos vidéos entre 15 et 90 secondes

À partir de 90 secondes, votre audience a déjà largement chutée. Nous vous recommandons de créer de courtes vidéos d’une durée d’environ 15 secondes pour être le plus efficace possible.

[youtube v= »ypxy9lwISag »]

Un exemple d’un spot publicitaire au format 15 secondes

2. Accrochez votre audience en allant droit au but

Dans l’idéal, il faut partir du principe que votre annonce vidéo doit attirer l’attention de votre spectateur au cours des cinq premières secondes.

Comment faire en sorte que votre spectateur s’engage ?

Pour les vidéos plus longues, il est recommandé de commencer avec une introduction indiquant à votre auditoire ce qu’elle va apprendre en regardant la vidéo. Gardez votre introduction claire et concise et assurez-vous de laisser votre auditoire en redemander.

3. Dites aux gens pourquoi ils devraient regarder

À chaque fois que vous publiez une vidéo sur Facebook, vous devez l’accompagner d’un texte. Utilisez cet emplacement pour dire à vos lecteurs pourquoi votre vidéo vaut la peine d’être visionnée.

Et comme je l’expliquais plus haut : vous ne disposez que de quelques secondes pour attirer leur attention. Assurez-vous donc que la première phrase soit alléchante.

4. Attirez l’œil des internautes avec une superbe miniature

Le simple fait que votre miniature soit réussie peut doubler votre CPA. 

La miniature de votre vidéo Facebook compte beaucoup plus que vous ne le pensez.

Choisir une mauvaise image pourrait sérieusement compromettre le résultat de votre campagne publicitaire sur Facebook. Ne sautez donc pas cette étape cruciale.

5. Une vidéo verticale aura plus d’impact

Facebook accepte les types de format vidéo suivants :

formats

Nous vous recommandons le format 4:5

  • Format 16:9 – C’est le format paysage classique que l’on retrouve sur les écrans TV, ordinateur, etc…
  • Format 1:1 – Ce format carré est utilisé majoritairement pour les vidéos carrousel.
  • Format 4:5 – C’est le format le plus adapté aux vidéos sur Facebook & Instagram.
  • Format 9:16 – C’est le format portrait / vertical utilisé majoritairement pour les stories.

Les vidéos verticales (4:5) sont celles qui obtiennent les meilleurs résultats sur Facebook.

Pourquoi cela ? Parce que la vidéo verticale est adaptée aux appareils mobiles et que les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram sont majoritairement consultés depuis ces appareils.

Pour créer une vidéo au format 4:5, il faut que votre séquence fasse 1080 pixels de largeur par 1350 pixels de hauteur.

6. Donnez du mouvement à votre page Facebook

Saviez-vous que vous pouviez utiliser une « vidéo de couverture » au lieu d’une simple image statique sur votre page Facebook ? C’est une excellente option qui vous permet de :

  • Présenter votre marque
  • Montrez votre dernière offre
  • Promouvoir une vente ou un événement à venir, etc…

Le téléchargement de la vidéo est la partie la plus facile. Il vous suffira d’uploader une vidéo à la bonne taille.

[youtube v= »RLAuS6CR-R0″]

Essayez de créer quelque chose qui visuellement attirera votre audience.

Le format « vidéo de couverture » sur Facebook doit être de 820 pixels de largeur par 312 pixels de hauteur.

7. Légendez votre contenu

Selon une étude récente, 85% des téléspectateurs sur Facebook laissent le son éteint.

Le sous-titrage vous permet donc de donner des informations pendant que vos spectateurs visionnent votre vidéo.

Facebook a d’ailleurs mis en place divers outils permettant d’ajouter des légendes sur vos vidéos.

Pour servir au mieux votre public, pensez à bien sous-titrer votre contenu vidéo.

8. Variez le type de contenu vidéo que vous utilisez

Vous pouvez créer différents types de contenu vidéo :

  • Vidéo en direct
  • Tutoriel vidéos
  • Vidéos d’information

Expérimentez avec différents types de vidéos de différentes durées pour voir ce qui plaît à votre public. 

9. Communiquez un maximum sur votre contenu vidéo

Nous vous recommandons d’utiliser plusieurs stratégies pour tenir votre public.

Créez du buzz autour de votre événement Facebook Live. Si c’est une série, faites-en la promotion comme une émission de télévision avec plusieurs épisodes.

Partagez des clips de la vidéo sur plusieurs canaux sociaux pour créer du buzz.

Publiez des liens vers le contenu de vos groupes Facebook et utilisez Facebook Messenger et un courrier électronique pour informer vos fans lorsque vous publiez une nouvelle vidéo.

10. Analysez vos statistiques

Votre campagne vidéo marketing n’est pas terminée tant que les chiffres ne sont pas connus. Vérifiez systématiquement les performances de votre contenu vidéo.

Comme dans toutes les campagnes marketing, nous vous recommandons de commencer le processus en dressant une liste de vos objectifs à atteindre.

Ensuite, choisissez les données à surveiller et établissez vos points de repère.


Une vidéo pour la performance

   |   By  |  0 Comments

video marketing episode 2 2048x1152 1

Dans cette seconde interview je vais vous expliquer les standards de la vidéo pour le web.

Je vais vous expliquer comment il est possible de récupérer des vidéos client existantes, qui ne sont pas optimisées pour la performance publicitaire, et comment par la magie du montage et de quelques bonnes pratiques, il est possible d’en faire quelque chose de très bien.

[youtube v= »qgK1D1ushwg »]

Transcription de la vidéo

Bonjour, je m’appelle Bruno Guyot, je fais des campagnes de publicité marketing en ligne à la performance.

Je fais ça pour tout un tas de clients, que ce soit des agences immobilières, des business schools, du e-commerce, j’ai vraiment un portefeuille client très varié. 

Je suis également formateur Google officiel pour la Suisse sur des produits comme Google Ads et Google Analytics, entre autres.

bruno guyot

Peux-tu nous parler de la place de la vidéo dans le marketing ?

Maintenant on va parler du cas où vous avez déjà de la vidéo. Soit vous l’avez filmé par vous-même, soit vous êtes passé par une agence.

Comment fait-on pour la rendre adaptée à du marketing en ligne pour de la performance, pour générer des clients, le moins cher possible et avoir un retour sur investissement le plus important possible sur ses campagnes marketing ?

Déjà peut-être un tout petit état des lieux par rapport à ce que je peux constater vis-à-vis de mes clients.

Une fois sur deux ils ont de la vidéo. 

(Oui, ça existe encore des entreprises qui font du marketing mais qui n’ont pas de vidéo. Elles passent vraiment à côté de quelque chose.)

Aujourd’hui la vidéo elle est incontournable. Et puis pour les entreprises qui ont déjà des vidéos, je constate deux tendances :

la première c’est qu’ils ont une vidéo, souvent faite par une agence de production classique. Souvent elle a entre 2 et 3 ans.

(L’avantage de la vidéo c’est que c’est une ressource qui va durer dans le temps et si elle est bien pensée au départ elle peut même être pertinente des années.)

Effectivement il y a un coût au départ, mais dans le fond, vu la durée de la ressource c’est vraiment un investissement et ça vaut la peine.

Donc, souvent des vidéos faites par des agences de production. 

Elles sont jolies, elles font plaisir au patron mais elles ne sont pas du tout adaptées au web et elles sont pas du tout adaptées non plus à la performance publicitaire.

Elles vont être trop longues, elles ne vont parler que de l’entreprise et finalement ça ne va intéresser personne.

C’est une anecdote mais je trouve ça plutôt marrant. C’est une blague de marketeur finalement de se dire qu’aujourd’hui l’attention des gens elle est en moyenne de 6 secondes. 

Et si on compare ça à l’attention d’un poisson rouge, lui a huit secondes. 

Ça veut dire qu’on a tellement de surinformation, on est tellement sollicités de partout qu’aujourd’hui la capacité d’attention qu’on a accordé à quelque chose qu’on ne connaît pas c’est en moyenne 6 secondes et c’est moins qu’un poisson rouge.

attention humaine vs attention poisson

Donc, pour répondre à cette problématique, la vidéo doit répondre à certains standards et certaines règles pour pouvoir capter l’attention tout de suite, susciter l’intérêt et inciter à l’action.

Comment fait-on pour adapter sa vidéo pour la performance publicitaire ?

En fait, il y a plusieurs choses.  Déjà, il faut comprendre qu’à l’époque, la vidéo était utilisée majoritairement la télé et que les gens n’avaient pas vraiment le choix. 

Ils absorbaient l’intégralité de la publicité c’était comme ça.

Aujourd’hui il y a quelque chose qui a changé fondamentalement, c’est qu’on est dans un monde où les pubs peuvent être skippées facilement

On voit par exemple sur Youtube (qui est quand même le 2ème moteur de recherche du monde).

pubs skippables

C’est un boulevard de trafic et d’opportunités publicitaires. Il y a plein de clients à aller y chercher.

D’abord on voit qu’au bout de cinq secondes on peut skipper une publicité. 

Donc on a 5 secondes pour gagner l’attention et à défaut, on peut au moins montrer notre marque.

branding

On appelle ça brander dans le jargon marketing. 

L’idée, c’est que dans les 5 premières secondes, on doit déjà avoir la marque pour au moins qu’un des deux objectifs soit remplit. Ca c’est la première chose.

Ensuite, il faut bien comprendre que c’est 80 % des vidéos sur Facebook et Instagram sont vues sans son. Donc c’est il faut au moins avoir des sous-titres, ça c’est important.

sous titres

Après, il faut des vidéos qui soient persuasives

Encore une fois, on n’est pas là pour faire joli. On est là pour générer des clients et il faut que ce soit rentable.

Donc la vidéo, elle doit vraiment être orientée de manière persuasive, j’appelle ça des vidéos proposition de valeur.

Ça veut dire que la vidéo doit parler aux gens, elle n est pas forcément là pour parler nous. Bien sûr elle doit parler de nous mais pas que.

Elle doit vraiment être orientée bénéfices utilisateurs, elle doit rassurer et elle doit inciter à l’action. 

C’est vraiment des modèles que j’appellerais templates persuasifs. Bien souvent, les vidéos institutionnelles classiques ne sont pas du tout sur ce moule là.

Enfin, il faut également les adapter au format web

Aujourd’hui, vraiment, la tendance actuelle c’est les stories. 

Il y en a partout : sur instagramsur facebooksur messengersur youtube (ça vient de sortir), sur google en recherche aussi (c’est pareil, ça vient de sortir). 

Le format stories cartonne.

stories

C’est toujours la même histoire en marketing. Mais finalement pour tout. Les premiers arrivés sont toujours les mieux servis.

La récompense d’être parmi les premiers à adopter des nouveaux formats c’est d’avoir une performance accrue par rapport à une fois que tout le monde sera dessus c’est évident.

Et donc, les nouveaux formats publicitaires story c’est par exemple la vidéo verticale

Le format vertical aujourd’hui il est incontournable et quand on va voir une agence de production classique, bien souvent on a de la vidéo horizontale normale.

À contrario, une agence de vidéo marketing qui est elle très au fait de toutes ces tendances, elle va nous décliner la vidéo aux différents formats. 

C’est comme par exemple quand on fait des bannières publicitaires. 

On sait qu’il y a différents formats et que si on veut apparaître partout il faut avoir pour un même message plusieurs déclinaisons. Et bien pour la vidéo c’est pareil.

Aujourd’hui il vous faut de la vidéo horizontale mais de la vidéo verticale aussi.

video verticale

Est-ce que tu as des exemples ?

J’ai des exemples oui et je vous les donne juste après. 

Les vidéos qui suivent ont été faites sur la base de plein de vidéos récentes ou non, au client ou achetées. Elles n’étaient pas du tout faites pour le web. 

Finalement on les a compilé, optimisé, pensé pour les formats web en suivant certaines bonnes pratiques énoncées plus tôt.

Au final ça donne des vidéos beaucoup plus courtes, orientées proposition de valeur et qui génèrent des performances publicitaires et des revenus très intéressant, c’était l’objectif.

https://www.youtube.com/watch?v=hx_tP… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact. Volontairement non brandée).

https://www.youtube.com/watch?v=McbzL… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact).

https://www.youtube.com/watch?v=Ppi4j… (fusion de plusieurs vidéos libres de droits achetées et de photos qui ont été animées dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact).

https://www.youtube.com/watch?v=0oqLH… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact).

https://www.youtube.com/watch?v=rJjPR… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires dans un montage court pour une utilisation en remarketing).

https://www.youtube.com/watch?v=Ks-YC… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires dans un montage court pour une utilisation en remarketing)

https://www.youtube.com/watch?v=s7OQG… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires et ajouts de textes dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact).

https://www.youtube.com/watch?v=qwR6V… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires et vidéo libres de droits dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact)

https://www.youtube.com/watch?v=g2vTp… (fusion de plusieurs vidéos propriétaires et ajouts de textes dans un montage court pour une utilisation en premier point de contact)

Voilà, finalement, ça a pas à être si compliqué que ça. 

Si vous avez des vidéos et qu’elles sont pas terribles, on arrive à en faire quelque chose de terrible. 

Il suffit juste d’avoir le bon partenaire qui pense marketing et qui maîtrise les outils vidéo, tout simplement.

Est-ce que ça marche ?

Alors ça fonctionne très bien c’est clair. 

Encore une fois je suis à la performance et si je le fais c’est que ça marche. Pour mes clients mais aussi pour moi il faut pas vous pas se leurrer.

Je peux pas vraiment vous donner des statistiques précises par rapport à chacune des vidéos ci-dessus pour des raisons de confidentialité évidentes. 

Par contre je peux vous parler des tendances que j’observe, ça y a pas de problème. 

Évidemment, le cas idéal, encore une fois, c’est vraiment quand on crée les vidéos le scénario
d’intelligence le schéma marketing de a à z parce qu’on va avoir une vidéo pour chacune des étapes.

full funnel marketing video

Le truc quand on fait avec de la vidéo existantes c’est que parfois on va pas avoir assez de matière pour faire plusieurs vidéos. 

Mais c’est pas grave il suffit d’une bonne vidéo à un point du tunnel pour que ça augmente vraiment la performance.

Ce que je peux vous dire par rapport à tout ça et je commence à avoir pas mal d’expérience maintenant c’est qu’il y a 2 grands cas de figure.

Le premier, on utilise la vidéo comme première interaction, c’est à dire que l’on va aller « draguer » les nouveaux clients potentiels avec une vidéo. 

Ils ne nous connaissent pas à ce moment là. 

La vidéo va générer des clients mais dans ce cas de figure, souvent, le coût par acquisition du client sur ces campagnes vidéo là sera plus élevé que sur les autres.

Mais ce qu’on constate aussi c’est que elle va nourrir les autres campagnes. 

C’est à dire que bien souvent les gens vont voir cette vidéo et puis ils vont ensuite aller sur Google taper le nom de votre entreprise et venir sur le site (2ème interaction).

Vous savez que ça se fait en plusieurs visites. 

Cette 2ème interaction permettra à la personne de vous contacter éventuellement ou d’en apprendre plus et puis peut-être que dans une autre visite à ce moment-là il convertira.

On se rend compte en tout cas que si la vidéo n’est pas en premier point ça, fait beaucoup moins en bas. 

Donc dans ce cas de figure là, quand on se sert de la vidéo comme d’une canne à pêche pour aller à tirer des nouvelles personnes, le coût par acquisition de clients peut être plus élevé que le reste mais les autres campagnes seront beaucoup plus performantes

Et puis dans l’autre cas de figure, on va  se servir d’une vidéo proposition de valeur en remarketing*

*Une personne vient sur votre site, elle regarde que vous faites, elle ne vous contacte pas et elle s’en va. Le remarketing permet de « recibler » cette personne là, dans le cas présent avec votre vidéo proposition de valeur sur Youtube, Facebook, Instagram, etc…

Là par contre, on se rend compte que les coûts par acquisitions sont meilleurs dans la plupart des cas que tout ce qu’on peut faire d’autre.

À la louche, je dirais deux fois moins cher que des campagnes de recherches et on va être dans les même ordres de prix voire un peu plus bas que sur des bannières (ce qu’on appelle du display).

Et c’est évident quand on y pense. Qu’est ce qu’il y a de mieux que la vidéo pour transmettre des émotions.

C’est le format le plus impactant, il n’y a pas mieux

Si on compare une vidéo par rapport à une image statique ça n’a rien à voir donc c’est clair que la vidéo c’est une arme de choix, peu importe où l’on s’en sert.

Le scénario idéal, je l’ai dit c’est d’avoir des vidéos pour chacune des étapes du tunnel. 

Mais au pire, si on a déjà des vidéos, on peut aller voir un spécialiste qui va en faire une vidéo proposition de valeur de s’en servir comme premier point de contact ou comme remarketing ou
même au milieu du tunnel, peu importe.

La vidéo, elle amène clairement un plus et elle a un impact vraiment positif et à la baisse sur le coût d’acquisition client. Voilà !

Le full funnel marketing

   |   By  |  0 Comments

video marketing episode 2 2048x1152 1

 

Dans cette première interview, je vais vous expliquer comment la vidéo est devenue incontournable aujourd’hui pour performer en ligne.

Je vais aborder la notion de tunnel et de marketing « multi-touche » avec des cas concret et récent de campagne vidéo en séquence.

[youtube v= »xHl09ANFT8Y »]

Transcription de la vidéo

Bonjour, je m’appelle Bruno Guyot, je fais des campagnes de publicité marketing en ligne à la performance.

Je fais ça pour tout un tas de clients, que ce soit des agences immobilières, des business schools, du e-commerce, j’ai vraiment un portefeuille client très varié.

Je suis également formateur Google officiel pour la Suisse sur des produits comme Google Ads et Google Analytics, entre autres.

bruno guyot

C’est quoi pour toi le marketing moderne qui fonctionne aujourd’hui ?

Ce qu’il faudrait expliquer peut-être, c’est le concept de ce que j’appelle le full funnel marketing.

full funnel

Ça part d’un principe simple c’est qu’il n’y a personne qui va venir regarder une pub, qu’elle soit vidéo, image ou peu importe, et qui va convertir* juste parce qu’elle a vu une pub maintenant et dans la foulée elle devient cliente.

*(convertir = accomplir sur un site web une action attendue comme remplir un formulaire de contact ou acheter un produit).

Ça c’est un mythe. Aujourd’hui ce qu’on constate c’est qu’en moyenne il faut à peu près 6 à 8 « touches », c’est à dire 6 à 8 visites ou points de contact pour qu’une personne devienne cliente ou prospect.

C’est quoi ta stratégie ?

C’est le modèle de Fogg.

021fd3eb modele fogg

Il explique que pour qu’une personne devienne cliente, elle doit avoir suffisamment de motivation.

Finalement, augmenter la motivation c’est quoi ? 

C’est prouver son expertise, avoir plusieurs touches, montrer qu’on est un expert, montrer qu’on est une autorité, renseigner les gens.

Il faut donner pour recevoir. C’est la phrase clé du marketing. Tout passe par là. Il faut donner d’abord pour recevoir ensuite.

Ensuite, le deuxième axe, facile à faire. Et bien facile à faire c’est quoi ? C’est avoir une offre qui ne soit pas trop engageante. 

Et qu’elle soit bonne, parce que le marketing on peut en faire ce qu’on veut mais on n’est pas des magiciens. 

Si l’offre est mauvaise, on peut avoir tout ce qu’on veut ça ne marchera pas. 

Et puis la dernière étape du modèle de Fogg, elle dit qu’il faut avoir un déclencheur. C’est ce qu’on appelle une incitation à l’action. Et elle doit venir au bon moment.

Ça, c’est le marketing qui marche aujourd’hui. Le marketing où on voit une publicité et on a une action tout de suite c’est un mythe ça n’existe pas.

Est-ce que tu as des exemples ?

J’ai un exemple. J’en ai un tout récent. 

C’était pour un domaine de production de vins français et ils veulent vendre du rosé maintenant. 

Le message marketing, c’est qu’il va y avoir une pénurie de rosé durant l’été 2019.  

C’est pas totalement dénué de fondement puisque les prix du vin rosé augmentent chaque année et que ça fait plusieurs années qu’il y a une pseudo pénurie.

Après, il y a beaucoup de marketing là-dedans aussi :-). Bref. 

On a fait trois vidéos et puis on les a enchaîné. On a fait vraiment ce concept de funnel. On a diffusé les vidéos en séquences donc les personnes ont vu d’abord la vidéo 1, puis la vidéo 2, puis enfin la vidéo 3. 

sequence google ads

La vidéo 3 étant la vidéo d’incitation à l’action ou là, on dit clairement venez offrir pour noël. (c’était une offre pour noël).

C’est une opération typique de full funnel marketing et c’est vraiment le marketing qui fonctionne aujourd’hui, surtout couplée à la vidéo.

Je vous propose de découvrir ces trois vidéos maintenant :

Vidéo 1 :

Vidéo 2 :

Vidéo 3 :

 

Est-ce que ça coûte cher ?

Oui bien sûr.  La création de vidéos, c’est quelque chose de complexe donc évidemment, ça a un prix.

Après, c’est comme les voitures, il y en a à tous les prix. 

Il y a aussi plusieurs formules pour le règlement, certaines qui sont plus ou moins souples. 

Par exemple une agence de production classique, elle va souvent avoir tendance à faire la vidéo puis à demander à ce qu’on l’a règle tout de suite pour les vidéos.

Alors qu’une agence de marketing vidéo, c’est des gens plus modernes déjà, des gens comme Enord où d’autres, peu importe, mais c’est beaucoup plus flexible.

Déjà ils font un accompagnement complet et puis ils font du marketing et de la vidéo. Et grâce à ça, ils permettent de lisser par des abonnements mensuels.  

Donc on n’a pas à débourser l’intégralité de la somme dès le départ. C’est très avantageux.

6713c844 abonnement

Ensuite il faut savoir aussi qu’il y a un budget marketing.  

La plupart des entreprises elles vont dépenser du budget marketing sur Google ou sur Facebook par exemple.

La vidéo c’est une ressource qui va vous permettre d’avoir un meilleur retour sur investissement et d’acquérir des clients pour moins cher.

Parce que c’est ce qu’il y a de plus impactant, parce qu’aujourd’hui c’est ce qui marche. Il y a de la vidéo partout, c’est pas un hasard. 

Si vous faites du marketing et que vous n’avez pas de vidéo vous ratez vraiment quelque chose.

Donc on peut aller piocher dans le budget marketing. Dépenser un peu moins pendant trois mois par exemple pour financer la vidéo.  

A la fin du compte, une fois qu’elle est là, elle va nous permettre d’avoir des meilleurs résultats marketing.

Donc ça fait du sens, pourquoi pas, d’aller piocher dans le budget marketing.

Il y a aussi les vidéos libres de droits. Pour 50-100€, on peut tout à fait acheter des vidéos de 10-15 secondes qui sont professionnelles, on n’a pas besoin de tout tourner. 

Et puis je dirais qu’il y a aussi la solution de faire par soi-même.  

Quand on voit les gopro ou plus récemment le dji osmo pocket, en deux secondes on peut filmer de manière professionnelle, stabilisée et réaliser soi même des vidéos.

6423d519 gopro dji pocket

Donc en conclusion, ça n’a pas vraiment à être cher.  Il y en a à tous les prix. Ca dépend d’où vous en êtes avec dans votre entreprise, si vous avez envie de faire par vous-même ou de déléguer à des professionnels.

Est-ce qu’on peut tout faire soi-même ?

Oui on peut acheter des vidéos, oui on peut filmer par soi même. 

Après bien sûr, l’ avantage majeur de travailler avec une agence qui fait de la vidéo et du marketing c’est ils ont l’intelligence. Ils vont vous aider à faire le scénario

On est dans un mode multi-touch avec un tunnel. 

full funnel

L’idée c’est qu’en fonction d’où en sont les personnes par rapport à votre service (est-ce qu’ils sont froids ou est-ce qu’ils sont chauds) on va pas leur dire la même chose. 

Et donc, les vidéos doivent être différentes et les call to action de ces vidéos doivent être différent aussi.

Ca, c’est une vraie approche marketing et il n’y a qu’une agence spécialisée évidemment qui va pouvoir vous aider à faire ça.

Pour autant, vous pouvez tout à fait filmer ou acheter des vidéos libres de droits, aller voir l’agence dans un deuxième temps et qu’elle puisse vous aider, sur la base de ce que vous avez, et prendre en main la partie montage et la partie réflexion.

Je vous invite fortement à regarder la deuxième interview puisque c’est exactement ce qu’on va vous expliquer.

Comment on fait quand un client vient nous voir, ils a de la vidéo qui n’est pas du tout adaptée au web, pas du tout adaptée pour faire de la publicité, pas du tout adapté à la performance. 

Qu’est ce qu’on fait avec ça ?

Et bien on est capable de faire de faire des très bonnes choses. Et ça marche très très bien. 

Donc regardez la prochaine vidéo. On vous explique comment on fait, on vous donnera des exemples, des cas précis, des chiffres. Donc ne la loupez surtout pas :-).