Professionnels : Comment bien assurer votre drone ?

22 Août , 2018  

Lorsque vous êtes un professionnel du drone, vos machines vous permettent de travailler pour des boîtes de productions aux attentes bien précises.

Parfois, cela arrive que les demandes de certains réalisateurs vous poussent à prendre des risques afin d’obtenir la meilleure séquence vidéo. C’est d’ailleurs souvent dans ces moments-là que le pire arrive ! Un crash…

drone-crash

Les assurances pour drone

L’assurance responsabilité civile exploitation

Elle est obligatoire pour tout exploitant et permet de couvrir les dommages causés par votre aéronef.

Suite à un crash, les personnes ayant subies un préjudice corporel ou matériel pourront se retourner contre vous en vous réclamant des dommages et intérêts.

Je pars du principe que si vous êtes un professionnel du drone, vous avez déjà souscrit à une assurance de ce type. C’est pour cela je détaillerai peu cette partie.

L’assurance tous risques (incendie, vol, accident, perte de contrôle…)

En revanche, l’assurance tous risques n’est pas obligatoire mais je vous conseille fortement d’y souscrire.

En effet, je vais essayer de m’attarder sur cette partie afin de vous donner un maximum d’explications sur l’intérêt d’être assuré en tous risques.

Ces assurances couvrent :

  • Les drones désignés.
  • L’ensemble des matériels, équipements et accessoires permettant le fonctionnement du drone (radiocommande, parachutes et systèmes de secours intégrés au drone).
  • Les matériels embarqués sur le drone (caméra, appareil photo, capteurs…).

Elles sont le plus souvent valables en cas de :

  • Dommages matériels survenus accidentellement.
  • Incendie, catastrophes naturelles, tempête, grêle, neige.
  • Les vols caractérisés, c’est-à-dire commis par effraction ou agression.
  • En tous lieux au sol et/ou en évolution.
  • En cours de transport qu’ils soient privés, ou alors confiés à des professionnels du transport.
  • Disparition suite à une perte de contrôle du drone en évolution

Comme cité juste ci-dessus, vous voyez déjà surement mieux l’intérêt de souscrire à une assurance tous risques pour votre flotte de drone.

Elle vous permettra de vous sortir de situation bien embêtante et parfois même de sauver votre société.

Les clauses et obligations

Forcément, lorsque l’on parle d’assurance, on pense très souvent aux petites lignes en bas de page jamais lues.

Pour la petite histoire et après plusieurs années de pilotage sans le moindre soucis, nous avons eu un accident avec l’une de nos plus grosse machine équipée de sa caméra.

C’était sur un tournage où nous filmions pour la société Renault Trucks et bizarrement, le déroulement de la journée ne faisait qu’empirer au fil des heures.

L’un des camions s’était retourné lors des tests après seulement quelques minutes de tournage ; la météo prévue n’était plus de la partie ; le lieu de tournage avait été changé au dernier moment…

Le réalisateur nous a demandé d’effectuer quelques prises de vues qui étaient en dehors du storyboard et bien évidemment, au vu des événements passés, rien n’allait se passer comme prévu.

Lors de la première élévation, l’un de nos pilotes de drone à naturellement enclenché la fonction pour replier les bras de l’aéronef.

Les parachutes étaient fixés un tout petit peu trop haut par rapport à l’emplacement initial.

Lorsque les bras se sont repliés vers le haut, l’un des parachute s’est brusquement couché entraînant immédiatement la casse d’une hélice moteur.

Et là, c’est le drame ! Une chute de 15m de haut sans parachute. Je vous passe les détails !

De retour au bureau, je me suis occupé de contacter directement notre assureur (car nous avions souscrit à l’assurance tous risques) pour prévenir du sinistre !

Voici un aperçu de la liste des informations que notre assurance nous a demandé :

  • Une déclaration du sinistre détaillée (date, lieu, circonstances, identification du drone, coordonnées du télépilote, descriptif des dommages…)
  • Coordonnées complètes des éventuels témoins
  • Facture d’achat d’origine du drone
  • Certificat d’aptitude théorique du pilote
  • Accusé réception de la déclaration d’activité datant de moins de 24 mois
  • Déclaration de Niveau de Compétence (DNC) et Manuel d’Activités Particulières (MAP)
  • Attestation de conception (si applicable)
  • Attestation de remise du bilan annuel d’activité à la DSAC
  • Photographies des dommages sur le lieu de l’accident, et avant démontage
  • Numéro PV de gendarmerie et nom de la brigade de gendarmerie en cas d’intervention des autorités
  • Première estimation du coût de remise en étant, avant démontage (auprès de votre fournisseur/revendeur)
  • Autorisation de survol des lieux

Comme vous pouvez le constater, la liste des pièces à fournir est assez longue !

Bien entendu, cela en vaut la peine car pour reprendre l’exemple de notre crash : nous avons pu récupérer une machine + une caméra totalement neuve.

Si vous êtes à la recherche d’un assureur pour vous protéger de ces différents risques, n’hésitez pas à vous rapprocher de la société XL Catlin (notre propre assureur qui a su se montrer présent lorsque nous avons rencontré ces différents soucis).

PS : Si vous vous posez la question, ce n’est vraiment pas un placement de marque / société ! Nous sommes très satisfaits de la qualité des services que propose cet assureur et c’est pour cela que nous vous recommandons leurs services.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

2019 Enord®